Vous êtes ici

Copyright Maire de Paris / Anne THOMES

L’été parisien : une vague de chaleur pour terminer la saison après un démarrage sous la grisaille

ClimatAgence Parisienne du Climat
ParticulierProfessionnelAdhérentPresse
Publié le 02 janvier 2017
par Elsa Meskel

L’APC et Météo-France comparent la saison qui vient de passer avec les moyennes des mesures des trente dernières années à Paris. Découvrez le bulletin de l’été 2016.

Bulletin climatique de l’été 2016 à Paris

Bulletin climatique été 2016

Les événements marquants de l’été 2016

  • Une vague de chaleur touche la région parisienne fin août avec 5 jours consécutifs à plus de 32°C (du 23 au 27) et 3 nuits à plus de 20°C (du 25 au 27)
  • Paris n’a pas vu le soleil pendant 7 jours consécutifs du 28 mai au 4 juin, du jamais vu pour cette période de l’année.

Au regard des 30 dernières années l’été parisien 2016 est doux, sec et ensoleillé

L’été 2016 est chaud, avec une anomalie moyenne de l’ordre de +0.8°C. Il est marqué par une alternance de fraîcheur et de chaleur estivale et s’est achevé par une vague de chaleur tardive en fin de saison.

Ainsi alors que l’été 2015 était l’un des étés les plus chauds depuis 1940, cet été 2016 se classe au 10ème rang des étés les plus chauds.

La pluviométrie de cet été 2016 accuse un déficit de 48 %. Juin 2016 est proche de la normale de saison et juin et juillet sont secs, avec un déficit, élevé, respectivement, de 75 % et 67 %.

La région parisienne connaît un été normalement ensoleillé avec une durée d’insolation de 627 heures. Alors que juin connaît un manque d’ensoleillement de 41 %, juillet et août connaissent un bon ensoleillement, avec une anomalie, respectivement, de 113 % et 126 %.

De fortes chaleurs fin août : un évènement exceptionnel ?

A Paris-Montsouris, le jour le plus chaud de cette fin de saison est le 24 août avec 36.6°C ; c’est aussi le plus chaud d’une fin d’été, battant ainsi le record du 26 août 1964 avec 35.2°C.

L’été météorologique commence le 1er juin et s’achève le 31 d’août. La période des fortes chaleurs, pouvant donner lieu à des canicules, s’étend généralement du 15 juillet au 15 août. En dehors de cette période, des journées chaudes ne méritent que très rarement le qualificatif de «canicule», excepté cette année.

A Paris, le jour le plus chaud a été le 28 juillet 1947 avec 40.4°C.

On parle de vague de chaleur lorsqu’on observe des températures anormalement élevées pendant plusieurs jours consécutifs.

Changement climatique à Paris : vers des étés plus chauds ?

S’il n’est pas impossible de rencontrer des étés « frais », on constate que depuis les années 90 la majorité des étés parisiens ont des anomalies de températures moyennes positives.

A Paris, la température durant les mois d’été peut grandement varier d’une année à l’autre. Les climatologues parlent de » variabilité saisonnière «. Ainsi par exemple, l’été 2015 figure parmi les étés les plus chauds alors que l’été précédent (2014) était un été plutôt frais.

Depuis 1940, les 11 étés les plus frais ont eu lieu avant 1981. Et 13 des 17 étés les plus chauds à partir de 1994.

Les étés les plus frais ont une température moyenne inférieure à 18°C (minimum 16.6°C en 1956) et les étés les plus chauds une température moyenne supérieure à 20°C (maximum 22.6°C en 2003).

La vague de chaleur tardive de cet été 2016 est un événement rare, qui est principalement la conséquence d’une situation météorologique particulière.

Cependant, on peut se demander si le changement climatique est susceptible de modifier la probabilité d’occurrence d’un tel événement. Il est possible d’affirmer avec une grande confiance, que dans le contexte du changement climatique, les étés chauds seront plus fréquents à Paris et dans la Région Ile-de-France à partir de la deuxième moitié du 21ème siècle et qu’ils seront également plus secs.

 

 

EN SAVOIR PLUS

Consultez les publication APC/Météo-France

« Le Changement Climatique à Paris »qui revient sur l’évolution du climat à Paris depuis 1900 et présente les simulations climatiques parisiennes pour la fin du 21ème siècle, sur la page changement climatique à Paris
« L’îlot de chaleur urbain à Paris, un microclimat au cœur de la ville »
« Comment adapter le territoire parisien aux futures canicules, pistes et stratégies d’adaptation »

 

Autres actualités