Vous êtes ici

Agence Parisienne du Climat Pavillon du Lac Parc de Bercy

Nouveau Plan Climat de Paris : quel rôle pour l’APC ?

ClimatAgence Parisienne du Climat
ParticulierProfessionnelAdhérentPresse
Publié le 27 novembre 2017
par Jérémie Jaeger

Le projet de nouveau Plan Climat de Paris, qui trace la voie vers une capitale neutre en carbone et 100% renouvelables en 2050, a été adopté à l’unanimité au Conseil de Paris le 20 Novembre dernier. La Ville de Paris compte notamment s’appuyer sur l’Agence Parisienne du Climat (APC) pour atteindre ses objectifs. Tour d’horizon non-exhaustif des nouvelles missions de l’APC

La Ville de Paris s’appuie sur l’APC pour accélérer la transition énergétique

Le projet de nouveau Plan Climat Air Energie (PCAET) de Paris a été adopté à l’unanimité par le Conseil de Paris de Novembre. Le texte entrera en consultation publique pour une adoption définitive programmée lors du Conseil de Paris de Mars 2018.

Depuis sa création en 2011, l’Agence Parisienne du Climat est un partenaire important de la Mairie de Paris pour accompagner ses politiques de lutte contre les dérèglements climatiques. Ce nouveau Plan Climat renforce encore davantage le rôle de l’APC en la présentant comme « plateforme de référence » des questions énergie et climat pour les Parisiens et les acteurs économiques.

Reconnue par la Ville pour son rôle d’expertise, sa dimension partenariale, sa position au cœur de l’écosystème institutionnel et économique parisien et la valeur de son action de terrain, l’APC fera évoluer ses missions avec ambition. Elle renforcera sa mission de conseil neutre, gratuit et indépendant auprès des citoyens et des copropriétaires engagés dans une démarche de rénovation énergétique.

Conseiller info-énergie Agence Parisienne du Climat APC

L’APC conseille les citoyens et les copropriétaires parisiens sur les questions énergie/climat

La présence de l’APC sera aussi démultipliée, de manière formelle et virtuelle. Situé au cœur du Parc de Bercy, le Pavillon du Lac est le siège de l’Agence Parisienne du Climat. Le nouveau Plan Climat envisage de faire de ce Pavillon un démonstrateur des solutions bas-carbone, en s’appuyant sur le mécénat d’entreprises.

L’APC sera présente formellement ou virtuellement dans les principaux lieux traitant des sujets proches du Plan Climat : innovation, économie circulaire, qualité de l’air, etc. En se saisissant des opportunités d’interactions virtuelles, l’APC participera à l’animation de communautés numériques sur les réseaux sociaux.

Tout au long de son Plan Climat et à de nombreuses reprises, la Ville de Paris identifie l’APC pour porter des actions contribuant à faire de Paris une ville neutre en carbone et résiliente d’ici 2050.

Anne Hidalgo : «Parce que l’atteinte de la neutralité carbone du territoire passe par une mobilisation collective globale, nous accompagnerons les changements de comportements et impliquerons l’ensemble de la communauté parisienne dans le nouveau Plan Climat. Le rôle de l’Agence Parisienne du Climat et les partenariats avec les acteurs économiques du territoire seront pour cela renforcés.»

Discours de la Maire de Paris lors du Conseil de Paris du 20/11/2017

De nouvelles ambitions pour l’APC 

Mobiliser les professionnels pour le climat

Pour encourager l’action des acteurs privés et institutionnels, la Ville de Paris a mis en place dès 2012 la charte « Paris Action Climat » pour valoriser les actions engagées par ce secteur. A ce jour, la charte compte une quarantaine de signataires. Le nouveau Plan Climat prolonge l’engagement de la charte jusqu’en 2030, en invitant les signataires à renouveler périodiquement leurs objectifs dans la perspective de la neutralité carbone en 2050.

Au-delà de l’engagement volontaire de la charte, la Ville de Paris compte s’appuyer sur l’Agence Parisienne du Climat pour co-animer dès 2018 des communautés thématiques regroupant les acteurs clés des grands secteurs économiques parisiens. En rejoignant une communauté, les entreprises et les institutions pourront profiter d’un accompagnement pour se préparer à un contexte réglementaire de plus en plus ambitieux et identifier les organismes ressources pour partager leurs expériences, échanger les bonnes pratiques et coordonner leurs initiatives sur le territoire. A ce jour, les communautés sont au nombre de 6 (immobilier, tourisme et culture, commerce, sports et loisirs, santé, enseignement supérieur et recherche), mais elles s’enrichiront en fonction des besoins des acteurs.

Accompagner la création d’un « service public de la donnée énergétique »

La transition énergétique peut s’appuyer sur l’essor considérable des données. Elles constituent un atout pour fiabiliser les analyses, partager les enjeux entre les parties prenantes de l’énergie et orienter les décisions stratégiques et opérationnelles. Pour mettre les nouvelles possibilités offertes par la révolution numérique au service des Parisiens et de l’intérêt général, la Ville de Paris s’engage à mettre en place un service public de la donnée énergétique qui sera piloté par l’Agence Parisienne du Climat.

Ce nouveau service permettra aux usagers d’accéder gratuitement à leurs données pour leur permettre de réduire leurs consommations d’énergie. L’APC pourra leur fournir des conseils personnalisés. Elle produira aussi des analyses approfondies pour le pilotage des politiques publiques. La protection de la confidentialité des données personnelles des consommateurs et l’ouverture de données fiables et anonymisées en open-data pour éviter leur privatisation seront au cœur de la démarche.

Une première étape opérationnelle visera à développer l’Observatoire de la rénovation énergétique en copropriété, qui recensera et mettra en visibilité les opérations exemplaires. Il s’agira aussi d’analyser l’évolution du marché de la rénovation énergétique des copropriétés pour rendre compte des projets à l’échelle métropolitaine. 

Développer la filière professionnelle de la rénovation énergétique

La Plateforme Territoriale de Rénovation Energétique (PTRE) parisienne, portée par l’APC, entend favoriser la massification des rénovations énergétiques en copropriété. Avec le CoachCopro®, la PTRE positionne un guichet unique qui s’adresse à l’offre et à la demande, c’est-à-dire les professionnels de la rénovation et les particuliers copropriétaires. Cet outil permet de mettre en visibilité les projets exemplaires et les professionnels qualifiés. Dans le nouveau Plan Climat, la Ville de Paris réaffirme son soutien à l’APC pour réunir les acteurs du bâtiment afin de créer une marque collective pour valoriser les rénovations énergétiques ambitieuses menées à Paris. 

Renforcer de l’offre de conseil sur les économies d’énergie pour les pétitionnaires

Dès 2018, le Plan Climat prévoit de renforcer l’offre de conseil sur les économies d’énergie et l’application du Plan Climat à destination des pétitionnaires. La Ville de Paris et l’APC animeront des groupes d’échanges pour cibler les solutions techniques, juridiques et organisationnelles innovants. Les apports de ces échanges alimenteront l’offre de conseil et les retours d’expérience seront valorisés. 

Expérimenter de nouveaux outils pour concevoir la ville : les Zones de Rénovation Concertée

Pour atteindre son objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, la Ville de Paris adopte dès aujourd’hui une approche de quartier pour dépasser l’échelle du bâtiment. Ses zones d’aménagement concertées (ZAC) sont par exemple de véritables laboratoires du Plan Climat.

Le Plan Climat prévoit l’expérimentation d’un dispositif permettant de mutualiser les projets de rénovation énergétique sous la forme de Zone de Rénovation Concertée. Les porteurs de projet à l’échelle d’un quartier seront mis en réseau pour favoriser la mutualisation financière et technique de rénovation et de gestion de plusieurs immeubles et ainsi réaliser des économies d’échelles.   

 L’APC coordonnera cette expérimentation sur 3 zones situées dans les 13e, 18e et 19e arrondissements dès 2018, afin de permettre la réalisation d’une Zone de Rénovation Concertée d’ici 2020. 

Accompagner les nouveaux métiers de la transition énergétique : L’écogestionnaire

Face aux nouvelles questions liées à la vie des quartiers, à la maîtrise des usages, à la société du partage dans une optique de ville résiliente et bas carbone, l’APC a mené des réflexions sur l’évolution du métier de property manager, dans le cadre d’un groupe de travail composé de 7 acteurs de l’immobilier et de la ville durable. Ces réflexions ont conduit à l’émergence du métier d’éco-gestionnaire. Cet acteur du « sur-mesure » sera un coordonnateur de proximité et pilotera à l’échelle du quartier ou de l’îlot l’ensemble de services mutualisés et collaboratifs pour l’immobilier.

Il pourra notamment contribuer à la végétalisation du quartier, veiller sur les personnes sensibles en période de canicule, assurer le prêt entre habitants ou la location d’objets et matériels tels que les vélos, gérer une mini-plateforme de logistique urbaine, pré-collecter certains déchets ou encore confier les encombrants à une ressourcerie. Une première expérimentation est prévue dès 2018 sur la ZAC Paris Nord-Est. L’APC contribuera à définir et promouvoir ce métier dans le diffus, à consolider son modèle économique et mettra en place une formation adaptée en lien avec les associations et universités parisiennes.    

Consulter la plaquette de présentation de « l’Eco-gestionnaire : du bâtiment à l’îlot »

Agir pour la qualité de l’air

Pour améliorer la qualité de l’air de la ville, l’APC informera les Parisiens sur la pollution liée au chauffage, notamment sur l’arrêt de l’utilisation des cheminées lors des pics de pollution. L’Agence Parisienne du Climat incitera également les copropriétaires à remplacer les systèmes de chauffage central au fioul, en vue de l’objectif de zéro chauffage fioul en 2030.

La qualité est aussi un enjeu majeur en intérieur. Les travaux de rénovation énergétique des logements doivent prendre en compte la qualité de l’air intérieur. L’APC travaillera en ce sens avec ses partenaires pour développer l’installation de systèmes de ventilation et de renouvellement d’air performants, ainsi que l’usage de matériaux de construction et de techniques adaptés. 

Diffuser et développer les solutions pour adapter la ville au réchauffement climatique : îlots et parcours de fraîcheur

Le climat de Paris change déjà. Les vagues de chaleur et canicules seront de plus en plus fréquentes, longues et intenses au cours du 21ème siècle. Paris est particulièrement vulnérable et sujette au phénomène d’îlots de chaleur urbains. La stratégie d’adaptation au changement climatique, adoptée par Paris, fixe l’objectif qu’aucun Parisien ne soit à plus de 7 minutes de marche d’un îlot de fraîcheur. Le nouveau Plan Climat prévoit que la Ville de Paris continue de travailler de manière partenariale avec l’APUR, l’EIVP, Météo-France, Santé Publique France et l’Agence Parisienne du Climat pour repérer, créer et communiquer sur les « îlots et parcours de fraîcheur » accessibles à Paris chaque été.

ZAC Clichy Batignolles Ilot fraicheur Parc Paris

Parc Martin Luther King au sein de la ZAC Clichy-Batignolles

Une carte interactive sera mise en ligne dès 2018 et actualisée chaque année. Elle permettra à chacun de repérer les endroits à privilégier pour se rafraîchir lorsqu’il fait très chaud. 700 îlots de fraîcheur sont déjà identifiés ; la Ville de Paris compte rendre accessible ou créer 300 îlots supplémentaires d’ici 2030.

 

Autres actualités

Salon EnerJ Meeting

08 mars 2018 Ener-J meeting

Après le succès de la 1ère édition, l’événement « prescription » est de retour et attend 2 000 décideurs de...