Vous êtes ici

qualité de l'air intérieur

Rénovation énergétique, pour un air sain dans son logement !

Agence Parisienne du ClimatBâtiCopropriétéEconomies d'énergieConsommation
ParticulierProfessionnel
Publié le 06 octobre 2015
par Paula Torrente

Quels critères prendre en compte quand on rénove pour avoir une bonne qualité de l’air intérieur ?

Nous passons 90% de notre temps à l’intérieur de lieux clos et en moyenne 14 h par jour à notre domicile. Contrairement à ce que l’on peut penser, l’air intérieur que nous respirons est souvent pollué. La cause ? Les produits d’usage quotidien, les solvants, les vernis et les colles présents dans nos meubles, etc. Quand on rénove notre logement, ce phénomène peut s’accentuer si l’on ne prend pas les bonnes précautions. 

Isolation et qualité de l’air

L’amélioration de la performance énergétique des logements passe par des travaux d’isolation, qui peuvent avoir des effets pervers si l’on n’y prend pas garde. Par exemple, l’installation de nouvelles fenêtres étanches à l’air, va diminuer considérablement la ventilation naturelle qui pouvait être réalisée auparavant malgré nous par les anciennes fenêtres, souvent fuyantes.

En outre, l’usage de matériaux ou de produits émettant des polluants lors de nos travaux (Composés Organiques Volatils, formaldéhydes, etc…) peut également avoir un impact sur la qualité de l’air que nous respirons.

Autrement dit, le sujet de la ventilation est à prendre très au sérieux dans votre projet de rénovation et dans votre vie quotidienne. Comment faire ? Des solutions existent pour un air sain dans son logement.

VMC, les aspects à prendre en compte

Quand cela est possible, il est opportun d’installer une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) en même temps que les nouvelles fenêtres et/ou isolation thermique par l’intérieur. Les systèmes les plus installés sont des VMC de type hygroréglables, avec lesquels le renouvellement d’air variera selon la teneur en vapeur d’eau de l’air intérieur. Ceci favorise le maintien d’une qualité de l’air intérieur optimisée.

Une alternative à l’installation d’une VMC est la Ventilation Mécanique Repartie (VMR). C’est une solution qui par son installation pièce par pièce évite la contrainte d’installer une gaine pour connecter tous les équipements à un unique réseau de conduits d’aération.

Si votre appartement possède déjà une VMC il faudra s’assurer qu’elle fonctionne correctement et qu’elle est adaptée aux caractéristiques de votre logement après travaux.

En l’absence de système mécanique il suffit d’ouvrir les fenêtres de 5 à 10 minutes par jour en période de chauffe, ayant pris soin, quand cela est possible, d’éteindre le chauffage.

Bien choisir ses produits et matériaux

Il est recommandé de choisir les matériaux sur des critères sanitaires en plus de leurs performances thermiques, notamment pour les isolants.

Un mauvais choix dans la sélection, et la mise en œuvre de matériaux, revêtements de murs, sols et plafonds, équipements ou mobilier peuvent entrainer des pathologies sur les organismes et également sur le bâti.

Depuis le 1er janvier 2012, les produits de construction et de décoration sont munis d’une étiquette qui indique, de manière simple et lisible, leur niveau d’émission en polluants volatils. Le choix devra se porter uniquement sur l’étiquette A+. Certains labels vont encore plus loin, il s’agit de la marque NF Environnement et de l’écolabel européen. Ces deux derniers s’appliquent surtout sur les produits comme les peintures, colles, revêtements, etc., dans le bâtiment.

qualité de l'air intérieur 

labels

Pour aller plus loin, consultez le guide de l’ADEME «Un air sain chez soi»

Autres actualités