Vous êtes ici

L’ancien hôtel particulier de Joséphine Baker rénové au niveau Bâtiment Basse Consommation

L’ancien hôtel particulier de Joséphine Baker rénové au niveau Bâtiment Basse Consommation

HABITAT - individuelTERTIAIREProjet exemplaire
Agence Parisienne du Climat
Projet : Terminé
Publié le 18 janvier 2016
par Fabrice Fouriaux

«Cette réalisation apporte la preuve que n’importe quel bâtiment, quelle que soit sa date de construction ou sa nature, peut viser et surtout atteindre l’excellence thermique».

Contexte

L’architecte François Pélegrin a investi les deux derniers étages de l’ancien hôtel particulier de Joséphine Baker Situé dans le 20ème arrondissement de Paris, pour y installer son activité. Cet immeuble est classé par la ville de Paris ce qui l’a empêché d’intervenir au niveau de la façade, par l’extérieur. L’endroit présentant un bilan énergétique initial très faible, il a été décidé d’entreprendre une rénovation thermique complète, avec pour objectif d’atteindre le standard Bâtiment Basse Consommation (BBC). Toutefois et pour conserver l’aspect architectural intact, tout a été fait pour conserver un maximum d’éléments existants. Patrimoine et performance énergétique peuvent donc tout à fait s’accorder! Ces quelques mots de l’architecte en attestent : «Cette réalisation apporte la preuve que n’importe quel bâtiment, quelle que soit sa date de construction ou sa nature, peut viser et surtout atteindre l’excellence thermique».

Patrimoine et performance énergétique peuvent donc tout à fait s’accorder!

Identité

  • Maître d’ouvrage : François Pélegrin

  • Année de rénovation : 2012

  • Typologie du bâti : 1918-1939

  • Usage : Tertiaire, locaux professionnels

  • Surface totale SHON : 250m²

  • Zone climatique : H1a

Acteurs du projet

Réalisation du projet

Avant de démarrer les travaux, un grand soin a été apporté au choix des produits. Il a fallu trouver les mieux adaptés aux murs d’une part, et aux rampants sous toiture d’autre part. «Pour les parois extérieures, explique Paulo Carvalho, le conducteur de travaux, nous avons mis en place une laine de verre semi-rigide dernière génération de 100 mm d’épaisseur sur un support de type fourrure tandis qu’en toiture, nous avons opté pour une double couche croisée de laine minérale de 100 mm d’épaisseur. Dans les deux cas, poursuit-il, le complexe isolant est complété par une membrane d’étanchéité à l’air régulatrice d’humidité qui est placée à l’interface isolant/plaque de plâtre». Les parois complexes de la charpente sont isolées avec le système Integra Vario qui comprend une laine minérale, mais également un écran de sous-toiture perméable à la vapeur d’eau, des suspentes rupteurs de pont thermique, pour embrocher la membrane et fixer l’ossature métallique et une membrane d’étanchéité à l’air. Cependant, l’isolation seule n’aurait pas suffi pour atteindre cette performance sans le concours de l’efficacité du chauffage et d’une ventilation performante. La VMC double flux, une pompe à chaleur, un chauffage au sol rayonnant, des films rayonnants dans les rampants de la toiture viennent donc compléter ce programme ambitieux et réussi !

 

Points forts

 
  • Conforme au Plan Climat de Paris
  • Façades classées conservées
  • Qualité de mise en œuvre
  • Innovation des systèmes

Fiche(s) bonne pratique: 

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Télécharger le fichier PDF

Consulter aussi