Vous êtes ici

Rénovation globale, ravalement en béton de chanvre

Rénovation globale, ravalement en béton de chanvre

Habitat - collectifProjet exemplaire
par Agence Parisienne du Climat
Projet : Terminé
Publié le 20 septembre 2016
par Mathilde VAN-EECKHOUT

Le béton de chanvre, répond favorablement à l’exigence d’amélioration thermique tout en étant compatible avec un immeuble de typologie ancienne, sensible à l’humidité.

Contexte du projet

Le projet de rénovation ici présenté concerne un immeuble à usage locatif privé situé dans un quartier typique du 14ème arrondissement. Cette monopropriété de 8 logements s’est engagée dans un projet permettant d’améliorer et pérenniser la qualité globale du bâtiment ainsi que le confort des locataires. La première étape a consisté en la réalisation d’un audit de l’immeuble sur les approches énergétiques et techniques.

En effet, les murs de l’immeuble représentaient 40% des déperditions thermiques. En outre, l’inconfort et l’apparition ponctuelle de certaines pathologies sur des zones du bâtiment ont débouché sur le choix d’un isolant thermique adapté aux matériaux de construction.

Dans l’optique de garantir une qualité de l’air intérieur et préserver l’état des murs, il a donc été très vite envisagé une solution isolante perspirante : le béton de chanvre.

Cette solution, le béton de chanvre, répond favorablement à l’exigence d’amélioration thermique tout en étant compatible avec cette typologie ancienne de bâti sensible à l’humidité

Rappelons, cela a fait l’objet d’autres fiches, que ce complexe isolant à travers le chanvre, permet de stocker du carbone. Il contribue ainsi doublement à réduire l’impact sur le changement climatique. La saison de chauffe à peine démarrée, les locataires évoquaient déjà un gain de confort thermique notable et des radiateurs à l’arrêt, rendus inutiles.

Réalisation du projet

L’état initial établi précédemment a permis d’indiquer la répartition des déperditions thermiques de l’immeuble suivant les zones (murs, toiture, etc.). Rappelons que les déperditions impliquent directement le dimensionnement du chauffage (quel qu’il soit). Celui-ci vient compenser les déperditions. Lorsque l’on réduit celles-ci, en isolant, on baisse la puissance du chauffage et les consommations d’énergie par la même occasion. La projection de l’isolant thermique en béton de chanvre sur les 350 m² de murs garantit une résistance thermique homogène.

En outre, le déplacement des châssis des 32 nouvelles fenêtres au nu extérieur favorise l’homogénéité de l’isolation en réduisant drastiquement les ponts thermiques aux jonctions mur-châssis. Cette exemplarité thermique et environnementale est par ailleurs liée à une démarche sociale volontaire des propriétaires, Madame et Monsieur Heckmann :

« Nous privilégions l’installation au centre de Paris d’une population plus exposée vis-à-vis des forts loyers et qui bien souvent migre en périphérie de la ville. Nos locataires sont retraités, femme de ménage, infirmières, secrétaires et étudiants. La SCI (Société Civile Immobilière) souhaite contribuer à garder cette population intramuros en proposant un habitat responsable et de qualité ».

Ajoutons enfin, qu’économiquement, cette opération sera amortie en un peu plus de 3 ans.

La saison de chauffe à peine démarrée, les locataires évoquaient déjà un gain de confort thermique notable et des radiateurs à l’arrêt, rendus inutiles.

Identité

  • Maître d’ouvrage : SCI des Artistes (monopropriété)

  • Année construction: 1880

  • Nombre de logements : 8
  • Typologie du bâti : 1850-1914

  • Usage : logements locatifs privés

  • Surface totale SHON : 239 m²

  • Zone climatique : H1a

Acteurs du projet

Points forts

  • Forte motivation des acteurs
  • Matériaux biosourcés
  • Isolation thermique « puits carbone »
  • Reproductible

Fiche(s) bonne pratique: 

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Télécharger le fichier PDF

Consulter aussi