Vous êtes ici

2016

Communiqué de presse : La CPCU favorise les énergies renouvelables et de récupération pour vous chauffer !

ClimatInnovation
Dossier de presseCommuniqué de presse
ParticulierProfessionnel
Publié le 11 mars 2016
par Paula Torrente

William Delannoy, maire de Saint-Ouen et vice-président de Plaine Commune, Célia Blauel, adjointe à la maire de Paris en charge de l’environnement, développement durable, eau, canaux et plan climat, Frédéric Martin, président de CPCU, et Marc Barrier, directeur général de CPCU, ont inauguré le 10 mars 2016 à Saint-Ouen la conversion du principal site de production du réseau de chaleur de la ville de Paris. Adapté pour accueillir de la biomasse, ce site permet ainsi au plus grand réseau de chaleur de France d’être alimenté à plus de 50 % en énergie renouvelable et de récupération.

Grâce à la conversion de la chaufferie de Saint-Ouen à la biomasse, CPCU (filiale de la Ville de Paris et d’ENGIE) augmente significativement la part des énergies vertes dans son réseau de chaleur et répond ainsi aux ambitions du Plan Climat Energie Territorial de la Ville de Paris et de celui de la Région Île-de-France. Cette diversification de son bouquet énergétique permet de réduire de 25 % les émissions de CO2et d’alimenter en chaleur majoritairement renouvelable l’équivalent de 500 000 logements dont 1/3 des logements collectifs parisiens.

L’utilisation de 140 000 tonnes annuelles de bois sous forme de granulés - acheminés par voie douce sans transport routier - s’accompagne d’une évolution de la chaîne logistique : bâtiments de déchargement et silos de stockages adaptés, voies ferrées pour l’approvisionnement par train et nouvelles galeries de convoyage pour alimenter la chaufferie s’étendent sur 1,6 hectare le long des docks. En cohérence avec l’aménagement de l’éco-quartier de la ZAC des Docks, le projet intègre une dimension architecturale afin de garantir l’insertion du site au paysage urbain local. L’investissement global du projet s’élève à 75 millions d’euros, financé à 50 % par la BEI (Banque Européenne d’Investissement).

Le mix énergétique de CPCU en 2016 est composé de plus de 50 % d’énergies renouvelables et de récupération (41 % de valorisation thermique des déchets issus de 3 centres parisiens du SYCTOM*, 10 % de biomasse, 2 % de biocombustible, 1 % de géothermie), de 30 % de gaz et de 16 % de charbon. La part du charbon a été divisée par 2 par l’introduction de la biomasse et les efforts pour la réduire encore se poursuivent. Au global, du fait de l’introduction de la biomasse et de la fin de l’utilisation du fioul lourd, CPCU permet d’éviter la production de 300 000 tonnes de CO2 par an (250 000 tonnes grâce à la biomasse et 50 000 tonnes grâce au remplacement du fioul par le gaz).

Le fioul lourd a quant à lui totalement disparu. En effet, soucieuse de réduire toujours plus son empreinte environnementale, CPCU a procédé à la conversion au gaz naturel de toutes les centrales de production de chaleur qui utilisaient du fioul (Grenelle, Ivry-sur-Seine, Kremlin Bicêtre, Vaugirard et Bercy). En cohérence avec l’évolution de la réglementation sur les émissions gazeuses des grandes installations de combustion, ces conversions fioul/gaz témoignent de l’engagement de CPCU d’œuvrer en permanence pour l’amélioration de la qualité de l’air en Île-de-France.

*Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères

Lire le dossier de presse (10/03/2016 - La CPCU dépasse 50% d’énergies renouvelables et de récupération dans le mix énergétique)

Document(s)

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Télécharger le fichier PDF