Vous êtes ici

Transformation d'une voiture thermique

Electrifier des véhicules thermiques, une innovation de Carwatt

Mobilité
Professionnel
Publié le 25 septembre 2018
par Paula Torrente

Cette start-up propose une solution de mobilité durable très innovante basée sur les principes de l’économie circulaire : la transformation de véhicules diesel ou essence en véhicules électriques, équipés de batteries de deuxième main. Envie d’en savoir plus ? Entretien avec Fabien Berger, co-fondateur.

 

APC : Quels services propose CARWATT ?

Fabien Berger : CARWATT propose un service d’électrification des véhicules thermiques professionnels d’occasion. Ce service s’appuie sur un double savoir-faire : d’une part, la transformation de véhicules, et d’autre part, une expertise dans les systèmes de stockage d’énergie sur batterie li-ion. Notre positionnement est très original puisque nous installons sur les véhicules transformés des batteries li-ion de seconde vie, issues des véhicules électriques d’occasion.

Notre positionnement est très original puisque nous installons sur les véhicules transformés des batteries li-ion de seconde vie, issues des véhicules électriques d’occasion.

Nos clients sont quasi-exclusivement des entreprises. Nous travaillons étroitement avec eux afin de réduire au maximum le coût de la transformation de leurs véhicules. Par exemple, si un client souhaite que ses équipes techniques contribuent à l’électrification des véhicules, nous les formons pour qu’ils puissent le faire eux-mêmes. La formation est très importante car un véhicule électrique ne s’entretient pas de la même manière qu’un véhicule thermique et donc il est indispensable d’accompagner les équipes de maintenance chez nos clients dans l’évolution de leur activité.

Une batterie li-ion est une batterie dont l’un des composants est le lithium. Ce composant est présent dans un grand nombre d’utilisation comme les téléphones portables et la plupart des voitures électriques grand public de dernière génération (Zoé, Leaf, Tesla, …). Ces batteries se distinguent de celles en plomb (les traditionnelles batteries 12V dans les véhicules thermiques) par de meilleures performances (puissance, densité, vitesse de charge, …).

APC : Comment est née cette idée ? A quels enjeux répondez-vous grâce à vos services ?

F.B : Cette idée est née dans la tête de Gérard Feldzer qui, depuis 20 ans, tentait d’électrifier ses « micro-cars » pour pouvoir continuer à rouler en ville sans polluer. Notre rencontre en 2013 fût un catalyseur qui conduit à la création de l’entreprise CARWATT dès 2015. Nous avons d’abord voulu adresser le marché des véhicules utilitaires légers (VUL) en ville car il n’y avait pas encore d’offres électriques dans ce segment.

Toutefois, nous n’avons pu atteindre nos objectifs dû à des difficultés techniques et administratives (homologation). C’est pourquoi nous nous sommes depuis concentrés sur le marché des véhicules spéciaux non soumis à homologation (aéroports, usines, bateaux, …).

Les véhicules électriques sont une bonne solution pour lutter contre la pollution localement, mais ils sont souvent décriés sur les pollutions générées au niveau global (production d’électricité et fabrication des batteries li-ion). Sur ce dernier point, il nous est paru très clair que pour amplifier les bénéfices environnementaux de notre service, il fallait réutiliser des batteries de seconde vie, après les avoir diagnostiquées et réassemblées pour apporter un niveau de performance correspondant à leur nouvelle application.

Les véhicules électriques sont une bonne solution pour lutter contre la pollution localement, mais ils sont souvent décriés sur les pollutions générées au niveau global (production d’électricité et fabrication des batteries li-ion). Sur ce dernier point, il nous est paru très clair que pour amplifier les bénéfices environnementaux de notre service, il fallait réutiliser des batteries de seconde vie.

Transformation d'un véhicule utilitaire

Transformation d’un véhicule utilitaire ©Carwatt

 

APC : Combien de véhicules électrifiés par CARWATT circulent dans les villes à l’heure actuelle ?

F.B : Chaque prototype nous prend entre 6 et 18 mois. En effet, les différences sont importantes entre un camion et un bateau par rapport par exemple au freinage, à la puissance, aux systèmes de sécurité, aux fonctions auxiliaires…Aussi, l’électrification a un impact sur toutes ces fonctions et chaque catégorie de véhicule fait l’objet d’une étude sur-mesure. C’est pourquoi à ce jour, nous n’avons électrifié que 5 véhicules dans des catégories différentes (micro-car, VUL, camion, véhicule industriel, bateau).

En 2018, nous développons rapidement notre activité dans les secteurs des véhicules aéroportuaires et les bateaux avec les premières productions en série. Nous espérons ainsi pouvoir électrifier 15 véhicules dans les 6 prochains mois et une centaine d’ici 2020 pour atteindre 2MWh de batteries recyclées !

APC :  Quels sont les prochains défis de l’entreprise ?

F.B : En 2019, nous souhaitons industrialiser nos processus avec la livraison des premières séries de véhicules électrifiés. Nous identifions en permanence de nouveaux besoins dans des secteurs très variés et nous les évaluons pour savoir s’il existe une réelle opportunité économique pour nous et nos clients.

Notre ambition est de devenir un acteur reconnu de l’économie circulaire en faisant la preuve auprès des entreprises que notre approche « seconde vie » est bénéfique pour leur coûts d’exploitation et leurs démarches de réduction des émissions.

 

 

Autres actualités

Quelle mobilité durable pour Paris ?

Qualité de l'airMobilité
ParticulierProfessionnel
Quels sont les objectifs et les mesures du nouveau Plan Climat ? Quelles alternatives prévues suite à l’arrêt d’Autolib ? Entretien avec Christophe...
Lire la suite