Vous êtes ici

Neige Paris le Louvre 2019

Un hiver 2019 anormalement doux à Paris confirme la tendance au réchauffement

Climat
ParticulierProfessionnelPresse
Publié le 11 mars 2019
par Jérémie Jaeger

Malgré des épisodes de neige en Janvier, les températures exceptionnellement hautes en février font de cet hiver l’un des plus chauds jamais enregistrés à Paris.

Une période anormalement chaude et un record d’ensoleillement

Comme pour chaque saison, l’Agence Parisienne du Climat publie un bulletin climatique en partenariat avec Météo-France – cela permet de replacer dans un contexte de long terme les ressentis et observations des Parisiennes et Parisiens.

De manière générale, la période allant du 1er décembre 2018 au 28 février 2019, qui caractérise l’hiver météorologique, a été plus chaude que les normales saisonnières (calculées entre 1981 et 2010). Avec une température moyenne de 6,9°C, le mercure a été en moyenne supérieur aux normales à hauteur de +1,3°C .

Températures moyennes hivers Parisiens

Si le record des hivers les plus chauds n’a pas été atteint cette année, c’est la septième valeur la plus élevée depuis 100 ans. Cela confirme une tendance au réchauffement de long terme puisque sur les 32 hivers depuis 1988, on compte 21 hivers avec des moyennes de température supérieures aux normales saisonnières.

Le mois de janvier a été conforme à la normale, mais les mois de décembre et de février ont été anormalement chauds (respectivement +2,1°C et +2,9°C). Entre le 11 et le 18 février, et entre le 20 et le 28 février, les températures dépassent même de 5°C les normales saisonnières, et le mercure affiche 20,4°C le 27 février ! Enfin, depuis 1990, Paris n’a jamais connu un tel ensoleillement.

Une tendance qui confirme les projections des climatologues pour le 21e siècle

Au cours du 20e siècle, entre 1901 et 2000, les températures minimales ont augmenté de 1,6°C à Paris. On observe donc, même à Paris, les effets du réchauffement climatique. Les climatologues, à Météo-France par exemple, élaborent des projections de ce que sera le climat en fonction de notre capacité collective à réduire les émissions de gaz à effet de serre, responsables du changement climatique. A Paris à la fin du 21e siècle, les hivers pourront ainsi être jusqu’à 3,6°C plus chauds qu’aujourd’hui. Ils prévoient aussi une augmentation des précipitations (+46%), qui deviendront plus intenses – car le nombre de jours de pluie ne devrait pas évoluer de manière significative.

En savoir plus

Consulter le bulletin climatique de l’hiver 2019

L’évolution du climat à Paris

Notre brochure Le changement climatique à Paris 

Autres actualités