Vous êtes ici

Trottinettes électriques rue de Rivoli

Rouler en trottinette électrique à Paris : entretien avec l’Agence de la mobilité

MobilitéInnovation
Particulier
Publié le 18 septembre 2019
par Agence Parisienne du Climat

Si vous vivez ou travaillez à Paris, vous les avez forcément croisées ces derniers mois ! Voici toutes les nouveautés à connaître sur ce mode de transport qui réinterroge le partage de l’espace public.

Arrivées dans la capitale au printemps 2018, les trottinettes en free-floating*ont connu une croissance exponentielle. Ces déplacements représentent aujourd’hui entre 0,8%** et 1,9% des déplacements internes à Paris.

Ce phénomène réinterroge les conditions de partage de l’espace public, et l’absence d’un cadre juridique clair a poussé la Ville de Paris à s’emparer du sujet.

Nous avons tenté d’en savoir plus auprès de l’Agence de la mobilité, rattachée à la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Ville de Paris - entretien avec Nathalie Daclon et Natalia Ciciarello.

La nouvelle réglementation à Paris 

Agence Parisienne du Climat : Comment la Ville de Paris a-t-elle réagit face à l’arrivée massive des trottinettes électriques dans les rues de la capitale ?

Agence de la mobilité : 

En attendant la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), discutée depuis plusieurs mois par le gouvernement et qui doit légiférer sur ces questions, il existe actuellement un vide juridique sur le traitement des trottinettes électriques car ces dernières ne sont pas soumises au code de la route.

Depuis l’arrivée des premières trottinettes électriques en juin 2018, la Ville de Paris a décidé de prendre les devants et de mettre en place des mesures spécifiques afin d’encadrer ces nouvelles pratiques, d’apaiser les relations entre les différents usagers et de protéger les personnes les plus fragiles.

Agence Parisienne du Climat : Quelles sont les nouvelles mesures mises en place par la Ville de Paris ? 

Agence de la mobilité : 

En 2019 et suite au retard pris par la Loi d’Orientation des Mobilités (Loi LOM), la Ville a mis en place les actions ci-dessous :

  • En avril 2019 le Conseil de Paris a délibéré l’instauration d’une redevance pour tous les opérateurs en free floating dont les trottinettes (de 50 à 65 euros par trottinette selon la taille de la flotte déployée)
  • Début juin la Maire de Paris a demandé aux opérateurs de trottinettes électriques :
    • De brider leur vitesse à 20km/h et à 8km/h dans les aires piétonnes et les zones de rencontre ;
    • De geler le nombre de trottinettes électriques disponibles à Paris, et dans la mesure du possible de réduire ce nombre, tant que le gouvernement n’aura pas précisé le cadre légal. Il en va aussi de leur intérêt économique.

Un arrêté relatif au stationnement des trottinettes, a par ailleurs été publié le 30 juillet 2019 au bulletin municipal de la Ville de Paris, pour interdire le stationnement sur les trottoirs et aires piétonnes, sous peine de verbalisation des usagers par les agents de police municipale. Les trottinettes sont autorisées à stationner sur les places de stationnement payantes utilisées par les voitures et les places dédiées aux deux-roues motorisés sur chaussée.

La Ville procède ainsi à des enlèvements et des mises en fourrière des trottinettes mal garées et qui gêneraient notamment la circulation des piétons.

 JB Gurliat / Ville de Paris

Enlèvement de trottinettes à Paris

Enfin, la Ville a annoncé le lancement d’un appel à candidatures pour sélectionner trois opérateurs de trottinettes électriques et la création de 2 500 emplacements dédiés aux trottinettes dans la bande de stationnement.

Les 2 500 zones de stationnement dédiées pourront accueillir le stationnement de plusieurs trottinettes. Elles sont actuellement en cours de marquage et devraient voir le jour d’ici la fin de l’année 2019. Afin de déterminer l’emplacement de ces espaces, un travail sur les données des opérateurs a été réalisé par la startup Wintics dans le cadre du groupe de travail Data City, piloté par le Secrétariat Général de la Ville de Paris et l’Agence de la mobilité. Après récupération des data, les déplacements et les stationnements constatés sur l’espace public ont été modélisés afin de créer des places de stationnement tenant compte des usages réels. Une analyse plus fine d’insertion urbaine a ensuite été réalisée par l’APUR, avant une ultime vérification de terrain par la Direction de la Voirie et des Déplacements pour s’assurer de la pertinence des emplacements proposés.

 Ville de Paris

Nouvelles places de stationnement pour trottinettes

Agence Parisienne du Climat : Quels échanges avez-vous eu avec les opérateurs de free floating présents sur le terrain au sujet de la charte de bonne conduite ? Tous les opérateurs l’ont-ils signée ? 

Agence de la mobilité : 

Un groupe de travail a été mis en place dès juin 2018 entre la Ville de Paris et le premier opérateur de trottinettes électriques en free floating arrivé à la capitale. Au fur et à mesure, les nouveaux arrivants ont été intégrés dans ce groupe pour élaborer une charte de bonne conduite relative à la location de ces engins dans l’espace public et concernant le partage de données. Tous les opérateurs déployés à Paris ont signé cette charte en mai 2019. Soucieux de pouvoir continuer à développer leur activité dans la capitale, ces derniers multiplient les opérations de communication envers leurs usagers afin de les sensibiliser à une conduite responsable.  

Agence Parisienne du Climat : Avez-vous déjà eu des retours suite à la mise en place de ces nouvelles mesures et de la charte de bonne conduite ? 

Agence de la mobilité : 

Même s’il est encore tôt pour dresser un bilan complet des différentes mesures qui ont été prises, la situation semble s’être apaisée depuis quelques semaines et on constate une stabilisation du nombre de trottinettes électriques en free floating (entre 15 000 et 17 000) alors que les prévisions avançaient le chiffre de plus de 30 000 cet été… 

On peut constater aussi un effort des différents opérateurs pour améliorer les points évoqués dans la charte en matière de développement durable.

Les trottinettes à Paris et l’impact sur l’environnement

Agence Parisienne du Climat : Justement, quel est l’impact écologique des trottinettes électriques à Paris ?  Quelles solutions peuvent être mise en place afin d’éviter qu’elles ne se retrouvent dans la Seine et polluent l’eau ?

Agence de la mobilité :

L’impact environnemental des trottinettes à Paris n’est pas encore quantifiable, toutefois il existe de vrais enjeux, notamment concernant le recyclage des engins ainsi que la protection des eaux de la Seine, dans laquelle de nombreuses trottinettes ont fini leur course cette année.

Afin de minimiser cet impact, des réflexions sont en cours par les opérateurs :

  • Un travail sur l’allongement de la durée de vie des trottinettes électriques pour la faisabilité du modèle économique, avec la proposition de modèles plus résistants. L’objectif est de viser une durée de vie minimum d’un an.
  • Sur les applications, les zones proches de l’eau et des canaux ont été « noircies » par les opérateurs afin que les utilisateurs ne puissent pas se garer à proximité ;
  • Enfin, plusieurs opérateurs ont indiqué un remplacement prochainement des engins actuels par des trottinettes avec des batteries amovibles. Ces batteries pourraient être transportées par des vélos cargos et changées sur place directement (et éviter ainsi les déplacements des camions qui récupèrent les trottinettes électriques chaque soir, pour la plupart des camions diesel).  

L’avenir des trottinettes à Paris

Agence Parisienne du Climat : Une fois que la loi LOM sera adoptée, quelles seront les prochaines étapes pour Paris ? 

Agence de la mobilité : 

Les trottinettes électriques présentent des avantages certains, notamment car il s’agit d’une option supplémentaire venant enrichir l’offre de mobilité (en cas de saturation des transports en commun, trajets de plus de 5 km, de dénivelés importants, des périodes de canicule). La volonté n’est donc pas de les voir disparaître mais plutôt d’accompagner davantage leur développement pour répondre à des usages adaptés tout en privilégiant les mobilités actives pour les trajets urbains courts.

Aussi, l’appel à candidatures qui va être mené d’ici le début de l’année 2020 par la Ville de Paris. A l’issu de celui-ci, seuls 3 opérateurs pourront être présents sur le territoire parisien. Les élus ont indiqué leur souhait de pouvoir choisir les candidats en partie sur la base de clauses environnementales et si possible sociales.  

 

Un grand merci à Nathalie Daclon et Natalia Ciciarello d’avoir répondu à nos questions !

 

Atelier sécurité 

Pour apprendre à utiliser les trottinettes électriques, gyropode, hoverboard, gyro-roue… en toute sécurité, le groupe Macif organise un atelier «Prévention des nouvelles mobilités»  les 21 et 22 septembre au Champ de Mars à Paris à l’occasion des Macif Eco-Mobil’days et du Macif Paris Rollers Marathon.

En savoir plus

 Macif

Pour en savoir plus :

Les nouvelles mesures en place à Paris 

Consulter la charte de bonne conduite 

Le projet de loi d’orientation des mobilités 

Etude «Usages et usagers de services de trottinettes électriques en free-floating en France» par le bureau d’études 6-t

 * libre-service, sans bornes ni station.

** 6t-bureau de recherche, (2019), Usages et usagers des trottinettes électriques en free floating en France, 158 p.

 

 

Autres actualités

Mes résolutions 2019 pour le climat

MobilitéConsommationClimatEconomies d'énergie
Particulier
2019 est à peine installée et voici déjà venu le moment des traditionnelles « bonnes résolutions » ! Se remettre au sport, passer moins de temps...
Lire la suite