Vous êtes ici

Canicule - Soleil

Plans canicules et Paris : quels dispositifs pour les plus fragiles ?

Climat
Particulier
Publié le 16 mai 2022
par Jérémie PETIT

Le changement climatique nous mène vers des étés de plus en plus chauds qui seront frappés sévèrement par les canicules. En région parisienne, c’est un enjeu sanitaire important, notamment en ce qui concerne les populations les plus vulnérables. Pour y faire face, les autorités ont mis en place un plan canicule qui est déployé chaque année.

Quelques éléments de contexte

L’étude du changement climatique démontre une hausse des températures globales depuis l’ère préindustrielle. Aujourd’hui, la capitale a déjà gagné 2,3°C en moyenne depuis 1885 (Paris face aux changements climatiques, 2021). Mais au-delà du phénomène de transformation du climat sur le long terme, il faut aussi s’attendre à une augmentation des évènements climatiques extrêmes, en intensité et en fréquence. Par rapport à la situation parisienne, ce sont les canicules qui seront les plus notablement en hausse. 

Une canicule est définie comme un niveau de très forte chaleur le jour et la nuit pendant au moins trois jours consécutifs. Pour la capitale, les seuils de canicule sont de 31°C en journée et de 21°C la nuit.

La canicule de 2003 est restée gravée dans les mémoires, elle est la plus sévère canicule jamais enregistrée à Paris. C’est aussi une canicule meurtrière en Europe qui a pris par surprise les autorités et la population, et a entrainé le décès d’environ 50 000 personnes en Europe, dont 15 000 décès attribués en France et près de 5 000 dans la seule région Ile-de-France (Inserm). En effet, de par sa densité de population et l’effet d’îlot de chaleur urbain qui contribue à des chaleurs encore plus fortes à Paris que dans les zones rurales environnantes, Paris est extrêmement vulnérable face à ces évènements extrêmes. Or, selon les projections climatiques, de tels phénomènes estivaux pourraient devenir la norme avant la fin du siècle. Après l’électrochoc de 2003, et afin de mieux se préparer et éviter que de telles conséquences sanitaires se reproduisent, les autorités nationales et municipales travaillent depuis de nombreuses années sur la gestion de crise de ces phénomènes.

Ainsi, la Ville de Paris a mis en place un plan canicule, pour se prémunir contre les risques, sensibiliser le public et assurer un suivi des populations vulnérables (notamment les personnes âgées et isolées). À l’approche des beaux jours, l’Agence Parisienne du Climat vous propose ici de revenir sur ce dispositif afin de vous donner les clés pour passer l’été à Paris en toute sécurité.

Le Plan National Canicule

Le Plan National Canicule (PNC) est un dispositif qui a été mis en place par l’Etat en 2004, à la suite de la canicule de 2003. Ce dispositif, qui vient d’être actualisé, mobilise un ensemble de mesures en fonction de la situation. Le plan s’organise en quatre niveaux d’alerte avec chacun une gravité et des réponses spécifiques. Le plan national canicule est automatiquement déclenché chaque année du 1er juin au 15 septembre.

Ces quatre niveaux sont définis par la carte de vigilance météorologique de Météo-France. Cet outil consiste en une carte de France métropolitaine qui signale tout danger météorologique menaçant le territoire dans les 24h à venir. Elle est actualisée deux fois par jour, à 6h et à 16h.

La vigilance météorologique est divisée en quatre couleurs :

  • Niveau 1, la veille saisonnière (vigilance verte) : c’est le niveau activé automatiquement lors de la période estivale. Les autorités surveillent l’évolution de la météo et vérifient le fonctionnement des dispositifs opérationnels.
  • Niveau 2, le pic de chaleur ou des températures proches des seuils qui perdurent dans le temps (vigilance jaune) : phase de veille renforcée où les différents acteurs (services municipaux, professionnels de santé, services sociaux, bénévoles, etc) se préparent à une éventuelle montée en puissance de la vague de chaleur.
  • Niveau 3, la canicule (vigilance orange) : ce niveau est déclenché par le préfet de département. La décision prend en compte la carte de vigilance météorologique mais également la situation locale en matière de pollution ou le contexte (grands rassemblements, densité).
  • Niveau 4, la canicule extrême (vigilance rouge) : Ce niveau correspond à une canicule exceptionnelle, en durée et en intensité, associée à des problématiques dépassant le champ sanitaire tels que la sécheresse, l’approvisionnement en eau potable, la saturation des hôpitaux ou des pompes funèbres, des pannes d’électricité, des feux de forêts, la nécessité d’aménager le temps de travail ou l’arrêt de certaines activités.

C’est sur la base de ce dispositif que s’est construit le Plan Canicule de la Ville de Paris, au même titre que ceux des différents départements français.

Le Plan Canicule parisien : sensibilisation, prévention et suivi

Pour protéger sa population, la Ville de Paris a mis au point plusieurs mesures qui sont activées en fonction du niveau d’alerte auquel le territoire se situe. L’enjeu pour la Ville est avant tout de pouvoir identifier, accompagner et protéger les personnes vulnérables aux épisodes caniculaires. En l’occurrence, il s’agit principalement des personnes âgées isolées et/ou en situation de handicap.

Des mesures pérennes sur l’ensemble de l’été

Veille météorologique

Durant toute la période estivale, le premier volet d’actions consiste à assurer une veille météorologique sur le territoire parisien afin d’anticiper les fortes chaleurs. D’ailleurs, cette veille peut intervenir avant le 1er juin ou être prolongée après le 15 septembre si le contexte s’y prête. A noter qu’à l’avenir, si les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, les vagues de chaleur pourront survenir sur une période beaucoup plus large allant de mai à mi-octobre.

Campagnes de sensibilisation

De la même manière, le niveau 1 du Plan Canicule ouvre la voie à de larges campagnes de sensibilisation dans toute la ville, dont le but est d’informer les populations vulnérables sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour se protéger, ainsi que sur les lieux frais disponibles ou spécifiquement mis à leur disposition.

Carte des îlots de fraîcheur

Plus de 900 lieux de fraîcheur (parcs et jardins, piscines, musées, lieux de culte, etc.) ouverts aux Parisiennes et Parisiens sont recensés sur la carte des îlots de fraîcheur à Paris. Cet outil vous permet de connaître leurs horaires d’ouverture, de les localiser, et vous permet même de partager vos «bons plans fraîcheur». N’hésitez pas à consulter cette page pour tout comprendre de ces cartes et comment les utiliser.

Des espaces verts ouverts plus longtemps

Parmi les lieux de fraîcheur sont bien sûr recensés les parcs et jardins, notamment ceux qui bénéficient d’une couverture arborée. Pour permettre aux usager·ères de profiter davantage de ces espaces, la Ville étend les horaires d’ouverture de certains parcs et jardins qui deviennent accessibles la nuit. En plus des 140 espaces verts qui sont ouverts 24h sur 24h, pendant la période estivale, d’autres espaces sont ouverts la nuit. En 2020, 14 espaces de fraîcheur supplémentaires étaient ouverts de 7h à minuit à Paris.

Quand ces mesures sont-elles activées ? 

Toutes ces mesures entrent en vigueur dès le niveau de vigilance verte (niveau 1). Le niveau 2, lui, est atteint lorsqu’on se rapproche des températures seuils sans les dépasser. Dans l’attente d’une vague de forte chaleur, une vigilance continue est exercée par les services sociaux de proximité et les établissements spécialisés afin de détecter tout signe de chaleur sur les personnes fragiles. Le passage au niveau 3 va déclencher des mesures plus exceptionnelles. Le niveau 3 d’alerte canicule est déclenché sur le territoire par le préfet de police. C’est à ce stade que les autorités mobilisent le fichier REFLEX (anciennement CHALEX).

Le fichier REFLEX : un outil pour accompagner les plus fragiles

Le fichier REFLEX permet à la Ville d’assurer un suivi et d’accompagner les personnes les plus vulnérables. En effet, celles qui le souhaitent peuvent y être inscrites et seront régulièrement appelées par un téléopérateur. Le but de ces appels est de vérifier l’état de santé des plus fragiles et d’identifier les personnes en difficulté et qui nécessitent une assistance particulière. Les signalements sont directement transmis à la cellule de crise de la Ville.

  • À la suite de cela, les personnes signalées pourront bénéficier d’une aide sociale, médicale ou sanitaire en fonction des besoins. Par exemple, la cellule de crise de la Ville pourra décider d’envoyer les services sociaux à un domicile en cas d’urgence. Les autorités font également appel à l’association « Les Transmetteurs », qui apportera un conseil médical ou une demande d’intervention d’un médecin traitant, voir du SAMU.
  • Dans le cas où quatre appels consécutifs resteraient sans réponse, des bénévoles sont chargé·es d’effectuer des recherches de trouver des informations sur l’inscrit·e qui ne répond pas. Compte tenu des retours, il est possible d’envoyer une équipe au domicile de ladite personne pour intervenir si nécessaire.
  • De plus, les membres du fichier REFLEX pourront également avoir accès à des salles rafraichies misent à leur disposition. En effet, la priorité pour les personnes fragiles étant de pouvoir se rafraîchir à proximité de chez elles, la Ville gère également un réseau de salles rafraîchies (par climatisation) situées dans 15 mairies d’arrondissement et ouvertes de 14h à 18h. Les personnes vulnérables signalées par les professionnel·les (services sociaux, médecins, aide à domicile, etc) y ont aussi accès.  Attention cependant, certaines de ces salles nécessitent de s’inscrire. La liste des salles est disponible sur le site de la Ville de Paris et sur la carte des îlots de fraîcheur.  

En 2020, 9 600 Parisiennes et Parisiens bénéficiaient d’un suivi personnel dans le cadre de REFLEX. De plus, si une personne du fichier souhaite se faire équiper d’un ventilateur, la ville peut lui en fournir un, sous conditions de revenu.

Comment s’inscrire sur le fichier REFLEX ?

Le fichier REFLEX s’adresse aux personnes isolées de 65 ans ou plus et/ou en situation de handicap. Il est nécessaire de s’inscrire pour bénéficier des services d’accompagnement dans le cadre du fichier REFLEX. Pour cela vous pouvez :

  • Appeler le 3975 (appel gratuit)
  • Remplir ce bulletin et en l’envoyer par voie postale (adresse indiquée dessus)
  • Remplir ce formulaire en ligne

Vous pouvez aussi inscrire l’un·e de vos proches avec son accord. Le fichier REFLEX est également mobilisé en cas d’évènements exceptionnels tels que des épidémies (grippe, COVID-19) ou des inondations.

Si vous souhaitez être désinscrit·e, il vous suffit d’adresser un courrier à l’adresse suivante :  Mairie de Paris – DASES-Reflex, Sous-Direction de l’autonomie 94/96 quai de la Râpée 75012, Paris

Niveau 4 – canicule extrême

La mobilisation maximale (vigilance rouge) est gérée par le Préfet de Police de Paris (Préfet de zone de défense du département) qui assure un dialogue avec les autorités nationales, notamment le premier ministre. Le Préfet adapte les mesures décrites dans cet article à l’ampleur de la situation, à savoir une canicule exceptionnelle en durabilité et intensité. Cela nécessite de coordonner les efforts du département, tant au niveau des renforts que de la communication.

Les enjeux de ce niveau d’alerte dépassant largement la question sanitaire (voir sa description en début d’article), il peut être maintenu après la fin de la canicule.

À l’approche de l’été, il est important de bien se préparer aux potentielles vagues de chaleur et d’avoir en tête les bons gestes à appliquer en cas de canicule. Vous pourrez trouver une liste plus détaillée des bonnes pratiques à appliquer en cas de canicule ici.

Ressources complémentaires :

Autres actualités