Équiper mon immeuble pour une mobilité durable

Développer la mobilité durable est cruciale pour atteindre les objectifs de baisse d’émissions de gaz à effet de serre. C’est pourquoi, l’accent est mis actuellement sur deux piliers : la réduction du trafic routier et le développement des mobilités actives.

À l’échelle de Paris, l’objectif est de rendre accessibles les pistes cyclables pour toutes et tous sur l’ensemble du territoire et aussi inciter à abandonner son véhicule thermique pour le vélo. Si le déplacement en voiture ou en utilitaire reste nécessaire, la conversion vers un véhicule électrique est recommandée.

Ainsi, la Métropole du Grand Paris a mis en place une Zone à Faibles Émissions (ZFE) sur la quasi-totalité du territoire à l’intérieur de l’autoroute A86 depuis le 1ᵉʳ juillet 2019. En 2023, la ZFE restreint la circulation des véhicules (particuliers et utilitaires légers entre 8h et 20h) des catégories Crit’Air 4, 5 et les non classés sur l’ensemble de la zone à l’intérieur de l’autoroute A86, soit les véhicules les plus polluants.

A savoir
2030

Jusqu’en 2030, les mesures se durciront avec la restriction progressive de circulation des véhicules selon leur Crit’Air. Seuls les véhicules Crit’Air E, c’est-à-dire électriques ou hydrogènes, devraient être autorisés à circuler librement en 2030.

En complément, afin d’inciter à la pratique du vélo en ville, la Ville de Paris a lancé également un plan vélo en 2021. Ce plan vise à aménager le territoire pour le rendre totalement cyclable. Sur les 300 km de pistes cyclables existantes, le plan prévoit la création de 130 km de pistes cyclables et la pérennisation des 52km des « coronapistes » mises en place en 2020 lors de la crise sanitaire.

Plan de Paris et Plan vélo 2021-2026
Plan vélo 2021-2026 / © Ville de Paris

Pourquoi parler de mobilité durable dans mon immeuble ?

Le développement de la mobilité électrique et de la pratique du vélo va entrainer l’augmentation du nombre de voitures particulières et professionnelles électriques et l’augmentation du nombre de vélos dans Paris, et donc, dans les immeubles de logements.

Adapter les espaces aux nouveaux usages et besoins

Une copropriété peut donc anticiper l’arrivée de nouveaux véhicules dans la copropriété : des voitures électriques et des vélos.

Pour les voitures électriques, que ce soit des voitures particulières ou professionnelles, la copropriété peut anticiper le besoin de recharge sur la place de stationnement avec l’installation d’une infrastructure spécifique à installer.

Pour inciter à la pratique du vélo, une copropriété peut créer ou améliorer un espace de stationnement dédié. Les copropriétaires seront alors amenés à définir leur besoin pour obtenir un espace bien dimensionné et adapté.

Améliorer son cadre de vie et valoriser son immeuble

Ces nouveaux espaces et infrastructures participent à l’amélioration du cadre de vie de la copropriété. Cela permet de répondre directement aux besoins des résidents de la copropriété, ce qui simplifie leur quotidien. Par ailleurs, adapter les besoins devient essentiel pour éviter de réaliser des travaux dans l’urgence ou encore être face à des mésusages des espaces communs.

Pour répondre à cet enjeu, pérenniser une gestion saine et participer à la transition écologique du territoire, les copropriétés peuvent adapter leur bâtiment à l’accueil de ses véhicules.

Anticiper l’arrivée de la mobilité électrique dans mon immeuble

La solution : installer une infrastructure de recharge de véhicule électrique

D’ici 2030, la restriction de circulation devrait s’appliquer à tous les véhicules thermiques. L’essor de la mobilité électrique doit donc s’anticiper. Une copropriété peut d’ores et déjà s’équiper d’une infrastructure permettant d’électrifier les places de stationnement et d’installer une borne de recharge pour véhicules électrique par exemple.

Cet équipement doit être dimensionné selon les besoins en puissance, mais doit également être évolutif. 

C’est-à-dire pensé pour l’installation éventuelle de bornes complémentaires suivant les nouveaux besoins des copropriétaires. Généralement, la puissance des bornes de recharges installées est de 3 à 7 kVA (couvrant en très grande majorité les besoins des franciliens et franciliennes : en 2018 la distance moyenne des déplacements est de 4,7 km.

Vous pouvez visionner ci-dessous notre conférence sur le sujet Forum Habiter Durable 2023 | Mobilité durable en copropriété et recharge de véhicules électriques :

Forum Habiter Durable 2023 | Mobilité durable en copropriété et recharge de véhicules électriques

Quelle démarche pour installer une telle infrastructure ?

Borne de recharge dans un parking de copropriété (solution opérateur privé)
Borne de recharge dans un parking de copropriété (solution opérateur privé)

S’informer sur les deux solutions disponibles

Pour lancer un projet d’installation d’IRVE, une copropriété doit donc s’interroger au préalable à propos du nombre de bornes à installer, de leur puissance et du type d’architecture électrique correspondant à la copropriété.

Il existe deux grands types de solutions dont chacune détermine la façon de gérer la distribution et le comptage de l’énergie :

  1. La solution « Réseau électrique auto » : permet l’ouverture d’un nouveau point de livraison (PDL) sur chaque place de stationnement. Concrètement, un compteur Linky est installé pour chaque place de stationnement équipée avec la possibilité d’y connecter sa borne de recharge ;
  2. Les solutions opérateurs privés qui proposent plusieurs architectures électriques selon l’immeuble et qui permet d’avoir un unique point de livraison où se raccorde une infrastructure qui alimentera des bornes de recharge sur les places de stationnement

Chacune des deux solutions à des avantages comme des inconvénients qui vont être plus ou moins adaptés selon la copropriété, la taille du parking et la gestion de la recharge des véhicules qui se fera avec plus ou moins d’intermédiaires.

Un programme d’aides financières disponibles et aller plus loin

Pour aider les copropriétés à l’installation de cette infrastructure, un programme de primes est disponible :

Des solutions de préfinancement sont également disponibles quelle que soit la solution envisagée par la copropriété. Vous pouvez consulter l’article dédié à ces infrastructures pour découvrir en détail les solutions, le programme d’aide financière.

Créer ou améliorer des espaces de stationnement vélo dans mon immeuble

Quels stationnements possibles en copropriété ?

Cour aménagée pour créer un local vélo
Extrait du guide de Paris en Selle – Exemple d’une cour aménagée dans un immeuble parisien.

Une copropriété a de multiples possibilités pour créer un espace de stationnement vélo. Cet espace peut être dans la cour de l’immeuble, dans un espace dédié à l’intérieur, à l’entrée ou dans le parking. La copropriété doit privilégier un espace qui dispose de suffisamment d’espace. Ensuite, la solution envisagée doit permettre de mettre son vélo en sécurité et sans le détériorer. Par exemple, les pinces roues sont des équipements à éviter dans un local à vélo.

L’association Paris en Selle a rédigé un guide complet pour créer ou aménager un local vélo bien adapté en immeuble collectif :

Comment faire ?

Pour qu’une copropriété puisse se lancer sans difficulté dans un aménagement d’un local vélo, lancer une étude de conception est une étape à privilégier. Ensuite, la copropriété peut lancer les travaux d’aménagement à partir du plan conçu spécifiquement pour les besoins de l’immeuble.

Un programme d’aide dédié à la création ou l’aménagement de local vélo existe pour les copropriétés :

Pour plus d’information sur les aides disponibles, vous pouvez consulter l’article dédié :