Défi Déclics 2023, portrait #3 : faites la connaissance d’Audrey !

publié le 09 mai 2023

6 min

Audrey et ses enfants © Audrey
Audrey et ses enfants © Audrey

Dans ce troisième épisode de notre série de portraits des participant·es du défi Déclics 2023 animé par l'Agence Parisienne du Climat, nous vous présentons Audrey, habitante du quartier de Belleville et participante motivée pour tous les défis écologiques !

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Audrey, j’ai 40 ans et je suis responsable QSE (qualité, sécurité, environnement) dans une entreprise de réhabilitation de l’habitat. Mon conjoint, notre fille de 7 ans, notre bébé de moins d’un an et moi habitons en location dans un appartement du quartier de Belleville. Dans mon temps libre, j’aime participer à la vie du quartier et à toutes les initiatives en général et c’est pour cela que j’ai déjà fait pas mal d’actions de sensibilisation autour des sujets environnementaux, qui m’intéressent beaucoup. Cet intérêt, on le voit aussi dans mes choix professionnels : j’ai fait des études de géographie humaines et, même si je suis actuellement en congé parental, je m’occupe dans mon entreprise des études environnementales, des mesures de réduction d’impact et de la sensibilisation des employé∙es.

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans le défi Déclics ?

Comme je disais, j’ai déjà participé à quelques actions liées aux sujets écologiques avant de commencer Déclics. En fin d’année 2022, je venais de finir un autre défi sur la réduction de notre impact environnemental. Quand j’ai vu l’annonce de l’édition 2023 du défi Déclics sur un des réseaux de l’Agence Parisienne du Climat, ça m’a donné envie de continuer mon action pour réduire ma consommation et mon empreinte carbone. Comme je savais que j’allais avoir du temps pendant mon congé parental, je me suis lancée.

Pratiquiez-vous déjà des écogestes avant le défi ?

Dans le cadre des autres programmes auxquels j’avais participé, j’avais déjà mis en place quelques gestes. Par exemple, j’avais récupéré un seau de biodéchets lors d’une action du conseil de quartier et depuis, nous compostons nos déchets alimentaires. Lorsque nous lançons le lave-vaisselle, nous le programmons la nuit, nous avons installé des multiprises à interrupteur un peu partout dans l’appartement et nous éteignons les appareils quand nous ne sommes pas là.

La multiprise à interrupteur installé dans les prises de la maison permet d'éteindre d'un coup tous les appareils branchés © Audrey
La multiprise à interrupteur installé dans les prises de la maison permet d’éteindre d’un coup tous les appareils branchés © Audrey

La multiprise à interrupteur permet d’éteindre d’un coup tous les appareils branchés © Audrey

Quels écogestes avez-vous mis en place depuis le début du défi ?

Depuis le début du défi, nous avons installé quelques outils du kit d’économies d’énergie comme les mousseurs d’eau et les joints de fenêtre que nous avons mis dans la chambre de ma fille.

Le joint de fenêtre fournis dans le kit d'économies d'énergie aide à étancher les châssis de fenêtres pour éviter le passage de l'air froid © Audrey ©
Le joint de fenêtre fournis dans le kit d’économies d’énergie aide à étancher les châssis de fenêtres pour éviter le passage de l’air froid © Audrey ©

Le joint de fenêtre fourni dans le kit d’économies d’énergie aide à étancher les châssis de fenêtres pour éviter le passage de l’air froid © Audrey

Nous étions en vacances ces dernières semaines et, même si on débranchait déjà la plupart des appareils électriques quand on partait avant, c’est la première fois que nous avons vraiment tout éteint, même la télévision, la box internet et le ballon d’eau chaude.

Que souhaitez-vous mettre en place d’ici la fin du défi ?

Pour la prochaine saison de chauffe, j’aimerais bien installer un programmateur pour nos radiateurs électriques afin de les éteindre la nuit et les allumer le matin automatiquement. Il me semble qu’il y a aussi un projet de changer les radiateurs dans tous les logements de l’immeuble et j’espère que cela se fera avant l’hiver prochain.

Qu’est-ce que le défi a changé pour vous ?

Il est un peu tôt pour voir l’impact sur les factures, mais bien sûr j’espère que l’effet du défi se montrera aussi sur nos dépenses pour l’énergie.

À part ça, Déclics m’a permis de mettre en place quelques nouveaux gestes que je ne connaissais pas encore et de découvrir de nouveaux lieux et structures intéressants à Paris.

Par exemple, nous avons visité Envie le labo, un lieu de réemploi et réparation d’appareils électroménagers qui propose entre autres des ateliers. C’était une super découverte parce qu’en plus c’est vraiment à côté de chez moi.

En tant que parent, vos enfants ont-elles eu un rôle dans votre démarche de sobriété ?

Je vois que ma fille est déjà assez sensibilisée aux sujets environnementaux à l’école et qu’elle contrôle très bien par exemple le tri de déchets. Il y a peut-être aussi une idée de donner un bon exemple à mes enfants mais mes actions sont plutôt motivées par un intérêt personnel pour la préservation de l’environnement.

Globalement, êtes-vous contente de participer à cette expérience ?

Oui, je suis très contente ! J’adore le côté challenge de Déclics et ça m’a vraiment permis de mettre en place d’autres gestes que je ne connaissais pas encore.

En plus, les informations diffusées et les challenges libres proposés par l’Agence Parisienne du Climat m’ont aussi donné beaucoup d’idées pour des actions dans mon cadre professionnel. J’aimerais bien pouvoir implémenter quelques challenges et diffuser mes découvertes dans mon entreprise.

A voir aussi