Energie

La consommation d’énergies fossiles est en partie responsable du réchauffement climatique. Pour engager la transition énergétique, le nouveau Plan Climat souhaite exploiter le potentiel parisien pour en faire une ville 100% énergies renouvelables d’ici 2050.

 

Vous êtes ici

Publié le 04 novembre 2018
par Agence Parisienne du Climat

Objectif 100% énergies renouvelables en 2050

Pour lutter contre le changement climatique, il est nécessaire d’engager une transition énergétique. Les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) polluent l’atmosphère en émettant notamment des gaz à effet de serre, responsables du réchauffement de la planète. L’objectif est de faire des économies d’énergie, et de remplacer les énergies fossiles par des énergies renouvelables et de récupération. Le nouveau Plan Climat fixe un objectif ambitieux de 100% énergies renouvelables dont 20 % produites localement.

Des énergies renouvelables produites localement

Paris possède sur son territoire des ressources naturelles exploitables lui procurant un potentiel énergétique renouvelable intéressant. Avec un ensoleillement de 1700 heures en 2016, Paris a la possibilité de produire de l’énergie solaire. La Ville possède également des gisements pour exploiter l’énergie des sous-sol et pourrait développer des systèmes de récupération d’énergie, pour la chaleur par exemple.

Le solaire

Bénéficiant d’une durée d’ensoleillement relativement élevée et d’une densité de bâtiments importante, Paris a l’opportunité de développer un réseau d’énergies renouvelables basé sur l’énergie solaire en repensant l’usage de ses toits. Pour atteindre l’objectif 100% énergies renouvelables en 2050, ce sont 20 % des toits parisiens qu’il faudra équiper d’installations solaires d’ici 2050.

Le cadastre solaire permet à chaque Parisien d’estimer le potentiel solaire de sa toiture.

Panneaux photovoltaïques à Paris
​Panneaux photovoltaïques à Paris

Le Plan local d’urbanisme de Paris (PLU) intègre désormais des mécanismes permettant de développer la production d’énergies renouvelables. Par exemple, de tels dispositifs peuvent dépasser de la toiture à condition qu’ils s’intègrent de manière harmonieuse dans le bâti. Les constructions nouvelles doivent aussi privilégier le recours aux énergies renouvelables.

La Ville de Paris souhaite encourager et accompagner les citoyens vers l’autoconsommation d’énergie solaire. L’autoconsommation collective permet notamment de rassembler des consommateurs afin de partager l’énergie qu’ils produisent.

Ce souhait d’implication citoyenne se traduit également par un soutien à la création de coopératives citoyennes d’énergies renouvelables porteuses de projets d’installations solaires. A Paris, la coopérative Enercit’If est en cours de création et prévoit l’exploitation de ses premières centrales dès 2019.

La géothermie

Paris possède un gros potentiel géothermique. L’énergie de ses sous-sol peut être exploitée pour la production de chaleur et de froid qui servira à alimenter les bâtiments. Le nouveau Plan Climat entend poursuivre l’exploitation des sous-sols pour atteindre, d’ici 2050, 330 GWh supplémentaires. Par exemple, un nouveau puit géothermique dans l’Albien est envisagé dans la future ZAC de Bercy-Charenton.

Les énergies de récupération

De nombreuses activités, comme l’incinération des déchets ou les serveurs informatiques, génèrent de la chaleur. Celle-ci peut être récupérée, pour alimenter par exemple le réseau de chaleur. Le nouveau Plan Climat prévoit d’intensifier la récupération et la valorisation d’énergie sur son territoire. La Ville lancera par exemple des appels à projets pour tester et développer de nouvelles installations.

Une coopération territoriale

Paris ne possède pas un territoire suffisamment étendu pour produire la totalité de ses besoins en énergies renouvelables, même si ses objectifs de réduction de la consommation est atteinte. La coopération territoriale est donc nécessaire pour aider au développement de la production d’énergie sur les territoires ruraux et pour compléter ses besoins énergétiques et couvrir sa consommation.

Dès 2020, la Ville souhaite donc coopérer avec des territoires ruraux en apportant un soutien financier pour faire émerger des projets d’énergies renouvelables et pour renforcer la solidarité territoriale. La création d’un opérateur coopératif de fourniture d’énergies renouvelables entre les territoires sera étudiée avec les collectivités et la Métropole.

La Société d’économie mixte Energie Posit’If, composée de collectivités territoriales franciliennes et d’acteurs financiers, a notamment pour rôle d’accompagner le développement de projets d’énergie renouvelable. A partir de 2018, elle investira dans le financement de centrales d’énergies renouvelables en dehors de Paris, pour décarboner le mix énergétique parisien.

Engager la transition des réseaux de distribution d’énergie

Un schéma directeur multi-énergies pour harmoniser la transition énergétique des réseaux

Le territoire parisien est alimenté en énergie grâce à des réseaux de gaz, électricité, chaleur et froid dont la longueur totale dépasse 12 000 km. Ces infrastructures essentielles sont un levier majeur de la transition énergétique de Paris. La Mairie de Paris doit veiller à un développement harmonieux des réseaux en tenant compte de la production et de la consommation d’énergies à l’échelle du territoire. Pour cela, elle établira dès 2018 un Schéma directeur de la chaleur et du froid, qui intègrera dans un second temps le gaz et l’électricité. Cet outil permettra le développement et le verdissement des réseaux parisiens, en lien avec les réseaux métropolitains.

L’objectif étant de faire de Paris une ville 100% ENR en 2050, la Ville définira des objectifs contraignants de part d’énergies renouvelables et de récupération acheminés par les réseaux.

Les réseaux de froid et de chaleur urbains sont un moyen de réduire la consommation énergétique, les émissions de GES et la pollution de l’air ; c’est la raison pour laquelle la Ville compte les développer davantage. Le réseau de froid, indispensable face aux vagues de chaleur de plus en plus fréquentes, couvre actuellement 38% du territoire parisien. Il sera étendu à tout Paris. CPCU, gestionnaire du réseau de chaleur parisien, s’est engagé à atteindre un mix 60% renouvelable en 2020 et 75% d’ici 2030.  

Tirer parti des systèmes énergétiques intelligents

Les réseaux de distribution intelligents (ou « smart grid ») sont des réseaux de distribution d’énergie augmentés de capteurs et de systèmes informatiques favorisant le partage d’informations entre différents acteurs. Ces technologies offrent de nouvelles possibilités de pilotage : détection et diagnostic des incidents, suivi des consommations à une échelle donnée, pédagogie auprès du grand public, ou encore gestion du stockage de l’énergie. Le nouveau Plan Climat prévoit notamment que tous les réseaux d’énergie parisiens soient rendus intelligents d’ici 2030.

Dans les bâtiments publics, l’habitat collectif ou individuel, l’automatisation des relevés de consommation se développe fortement, avec le déploiement des compteurs communicants Linky (ENEDIS) et Gazpar (GRDF), ainsi que par le développement de la télérelève des compteurs d’eau. Les données prélevées peuvent permettre – si elles sont correctement exploitées, d’analyser les consommations d’un territoire donné afin d’enclencher des actions d’économies d’énergie. Il sera par exemple possible d’inciter les citoyens à consommer pendant les heures creuses et les heures de forte production d’énergie renouvelables et locales, plutôt que pendant les heures de saturation du réseau.

Vers un service public de la donnée énergétique

L’Agence Parisienne du Climat aura également son rôle à jouer à travers la mise en place d’un service public de la donnée énergétique, grâce auquel les usagers pourront avoir accès à leurs données de consommation. Ces données deviendront un outil puissant pour l’Agence Parisienne du Climat dans ses missions de conseil au grand public, et de force de propositions pour les acteurs et les politiques publiques.

 

En savoir plus

Faire des économies d’énergie dans son logement

Eco-Gestes : adoptez les bons réflexes

Les aides et subventions pour rénover son logement

In sun we trust vous aide à produire votre électricité