Vous êtes ici

Photo de Glenn Carstens-Peters sur Unsplash

20 éco-gestes à adopter pour un numérique responsable

ConsommationEconomies d'énergie
ParticulierProfessionnel
Publié le 22 août 2019
par Nadege Ladouce

A la fois outils de travail, sources de divertissement, mais aussi moyen pour stocker ses données, les usages du numérique se multiplient : aujourd’hui la part du numérique dans les émissions de gaz à effet de serre  continue d’augmenter tout comme la consommation d’énergie liée à ces usages en hausse de 9 % chaque année.

Pour inverser la donne, il est indispensable d’apprendre à modérer ses usages et adopter des bonnes pratiques pour tendre vers la sobriété numérique. Quelques conseils pour vous aider à réduire votre impact carbone lié au numérique.

Allonger la durée de vie de son matériel informatique : une priorité

De leur production à leur fin de vie, les smartphones, tablettes et ordinateurs ont un impact considérable sur l’environnement : avec l’extraction de métaux et terres rares, la consommation croissante d’énergie et les déchets électroniques pas toujours recyclés… Ces équipements représentent 47% des émissions de gaz à effet de serre générées par le numérique. La surconsommation de produits numériques n’est donc pas soutenable or, 88 % des Français changent de téléphone alors que celui-ci est toujours en état de fonctionner, et certains fabricants continuent d’utiliser des procédés d’obsolescence programmée pour inciter au rachat. La loi de transition énergétique de 2015 condamne d’ailleurs ces pratiques d’obsolescence programmée.

Extraction de métaux rares

La production d’équipement électronique nécessite l’extraction de métaux et terres rares.

Allonger la durée de vie de ses appareils électroniques est le geste le plus important pour diminuer son impact : utiliser un ordinateur durant 4 ans au lieu de 2 améliore de 50 % son bilan environnemental. Pour cela, il est primordial de bien choisir son matériel :

1 - Privilégier le matériel reconditionné ou d’occasion, ou en en faisant le choix d’appareils économes, pouvant être réparés.

Le matériel reconditionné ou d’occasion permet de prolonger la durée de vie des équipements. Des recycleries spécialisées, et certaines ressourceries peuvent proposer des équipements électroniques d’occasion.

Dans le cas de l’achat d’un appareil neuf, il est judicieux de se tourner vers un appareil économe en énergie et durable (réparables, résistants aux chocs, recyclables). Pour s’y retrouver, des labels existent garantissant la durabilité des appareils numériques, tels que l’Ecolabel européen, l’EPEAT, l’Ecolabel Nordique, l’Ange bleu ou la certification TCO. Gage de durabilité, ces labels indiquent également la présence ou non de substances nocives pour la santé.

Labels appareils numériques

Source : La face cachée du numérique, ADEME

2 -  Eviter de multiplier les appareils

Il est préférable d’avoir un appareil multifonction qui permet à la fois d’imprimer, photocopier et scanner plutôt que trois appareils indépendants consommant trois fois plus.

3 -  Privilégier les imprimantes qui permettent de remplacer chaque couleur indépendamment.

4 -  Bien entretenir son matériel avec des protections anti-virus pour éviter les pannes.

5 -  Recycler son matériel informatique 

Vos anciens appareils peuvent contenir des composants dangereux pour la santé et l’environnement, mais également des matériaux précieux pouvant être réutilisés ; la collecte et le traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) sont donc obligatoires.

Il existe plus de 1 200 points de collectes en France de déchets d’équipements électriques et électroniques, et une cinquantaine dans Paris intra-muros. Il est possible de déposer ses DEEE dans de nombreux magasins, ainsi que dans des ressourceries comme La Ressourcerie Créative (14ème arrondissement), La Petite Rockette (11ème arrondissement), 1000 Collectes (17ème arrondissement) et la ressourcerie L’Alternative gérée par Emmaüs (2ème arrondissement).

Une carte qui répertorie tous les points d’apport est en ligne sur le site d’Ecologic (un éco-organisme agréé par l’Etat pour la gestion des DEEE).

 

Composant d'un smartphone

Les composants d’un smartphone

Aller vers la sobriété : un moyen de réduire sa facture d’électricité

Les appareils électriques peuvent être très énergivores, même lorsqu’ils sont éteints. Pour y remédier, des comportements plus sobres permettent de limiter les pertes d’énergie tout en faisant des économies sur sa facture d’électricité.

6 - Une astuce pour limiter la perte d’énergie est de brancher ses équipements sur une multiprise à interrupteur et de l’éteindre lorsque qu’ils ne sont pas utilisés.

7 - Penser à activer le « mode économie d’énergie » sur son ordinateur, ou le « mode avion » pour son smartphone, cela augmentera leur autonomie.

8 - Bien penser à fermer ou supprimer les applications inutilisées sur son smartphone

9 - Désactiver le wifi de la box internet lorsque celui-ci n’est pas utilisé.

10 -  En cas d’absence, veiller à éteindre l’interrupteur d’alimentation de la box internet.

Mieux naviguer : pour un usage responsable du numérique

Barre de recherche

Un éco-geste simple : saisir l’adresse web dans la barre d’adresse

Lorsque l’on saisit directement l’adresse web dans la barre d’adresse, on divise par quatre les émissions de gaz à effet de serre générées. L’utilisation d’un moteur de recherche augmente la consommation énergétique de la requête web.

Il faut donc veiller à :

11 - Utiliser des mots-clés pour ses recherches : plus la recherche est précise, plus vous trouverez rapidement la page qui vous intéresse ! 

12 - Penser à consulter son historique et à enregistrer dans les favoris ses sites préférés pour y accéder plus rapidement.

13 - Préférer un navigateur moins énergivore

D’après une étude du Green Code Lab pour l’ADEME, Chrome consomme plus d’énergie qu’Internet Explorer ou Firefox par exemple.  Il est important également de bien penser à vider le cache de son navigateur.

14 - Maîtriser ses usages

Le visionnage en ligne d’une vidéo en haute définition de 10 minutes sur un smartphone équivaut à utiliser à pleine puissance un four électrique de 2000W pendant 5 minutes, or la vidéo en ligne représente plus de 60 % du trafic internet. Pour un film que l’on va regarder plusieurs fois, il est préférable d’opter pour le téléchargement, de même que pour la musique que l’on écoute en boucle. Cela permet d’éviter de solliciter à outrance les data center qui stockent ces données.

15 - Limiter son temps d’écran 

Moins de temps devant les écrans et plus de modération dans ses usages, c’est bon pour la planète et pour soi ! Il existe des outils qui permettent de prendre conscience de ses usages et du temps passé sur son smartphone au quotidien.

Stockage des données

Le stockage des données peut se faire soit en local, c’est-à-dire sur la mémoire de vos appareils ou en externe grâce aux Cloud, ces espaces de stockage sont souvent gratuit mais très énergivores.

16 - Il est donc important de trier, classer et supprimer vos données régulièrement. Privilégier le stockage de ses données en local est plus eco-responsable. 
 

Nettoyer sa boîte mail

Contrairement à certaines idées reçues, l’impact des mails est assez faible et les efforts pour réduire son empreinte carbone numérique doivent se concentrer en priorité sur l’allongement de la durée de vie de son matériel. S’il est important de nettoyer régulièrement sa boîte mail, il faut savoir que l’envoi d’un mail a un impact plus important que son stockage.

17 - Envoyer un mail uniquement lorsque c’est nécessaire : pour demander une information à son collègue de bureau, il est préférable d’aller le voir directement, d’autant plus que cela permet de créer du lien social. Réduire le nombre de destinataires : lorsque ce n’est pas nécessaire, éviter de cliquer sur « répondre à tous »

18 - Alléger les mails envoyés : privilégier les fichiers compressés, en basse définition et penser à supprimer les pièces jointes dans les mails de réponse. On privilégie les liens hypertextes pour transmettre un document. Ne pas inclure systématiquement une signature électronique à votre mail, celle-ci alourdit le mail à chaque envoi.

19 - Conserver uniquement les mails importants et nettoyer régulièrement sa boîte mail permet d’éviter de surcharger les data center qui stockent les mails.

20 - Installer un anti-spam pour éviter de recevoir des mails indésirables, et penser à se désinscrire des newsletters ou publicités que vous ne lisez pas.

Le conseil pour les professionnels 

Pour la création de votre site web, vous pouvez demander au développeur de maîtriser le référentiel Green IT. Cet outil permet de guider le développeur dans une démarche d’éco-conception web (des sites et des services en ligne), avec une certification permettant d’attester du niveau de maîtrise des pratiques responsables.

Des acteurs mobilisés pour un numérique responsable : quelles solutions ?

Présents lors du Café-Climat sur le numérique, dont vous pouvez retrouver le résumé illustré sur le site de l’APC, les associations Point M.I.R, Halte à l’Obsolescence Programmée (HOP) et le think tank The Shift Project, prônent tous un usage du numérique responsable ainsi qu’une meilleure longévité des outils informatiques.

La plateforme Produits Durables guide les utilisateurs dans leur choix de produits électroniques en identifiant les produits fiables et durables pouvant être réparés et recyclés.

The Shift Project travaille sur la création d’un Référentiel Environnemental Numérique (REN) ; l’objectif d’un tel outil est de rendre concret l’impact du numérique en donnant des ordres de grandeurs aux utilisateurs. The Shift Project émet également des recommandations et identifient les leviers d’actions pour les entreprises dans son rapport pour une sobriété numérique.

Pour en savoir plus :

  • La Maison de l’Informatique responsable, située dans le 9ème arrondissement de Paris, accueille des ateliers et des sessions de formation, organisés par l’association Point de M.I.R,  pour guider le public et les professionnels dans l’adoption d’éco-gestes informatiques. Point de M.I.R propose également des projections et des conférences-débats pour sensibiliser le grand public à ces thématiques.
  • GreenIT est une source d’informations pour les professionnels et les particuliers sur les enjeux du numérique responsable et durable.
  • L’ADEME propose également dans son guide de découvrir la face cachée du numérique et donne quelques clés pour agir.
Pour être formé gratuitement aux éco-gestes pour une consommation numérique responsable, participez aux ateliers de l’Agence Parisienne du Climat sur la consommation numérique. Ces ateliers ludiques sont animés par un conseiller FAIRE dans un cadre convivial. Retrouvez les prochaines dates sur notre agenda.  

Autres actualités