Qu'est-ce que la COP 21 ?

La COP est une conférence internationale sur le climat qui réunit chaque année les pays signataires de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC). L’édition 2015 (COP21) a été organisée par la France. L’Accord de Paris qui y a été adopté marque un tournant dans la lutte contre le réchauffement climatique puisqu’il engage tous les pays du monde à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à maintenir le réchauffement sous la barre des 2°C d’ici à 2100.

Vous êtes ici

Publié le : 07 mars 2017

Qu’est-ce que la COP21 ? Quel bilan pour la conférence internationale sur le climat Paris 2015 ?

Une COP est une grande conférence internationale sur le climat qui réunit les États engagés depuis 1992 par la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). COP signifie “Conference of parties”, les “parties” étant les signataires de la Convention (195 pays + l’Union européenne). L’objectif est de faire le point sur l’application de la Convention et négocier les nouveaux engagements.

Particularités de la COP21 Paris 2015

La COP21 est la 21e Conférence des parties (COP) à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 1992, réunissant 195 États et l’Union Européenne, après celle de Varsovie (COP19) et Lima (COP20). Elle s’est tenue du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris-Le Bourget (93), sous présidence française.

Histoire des négociations internationales sur le climat

La COP21 s’inscrit dans un long processus de négociations internationales sur le climat :

  • 1992 : Sommet de la terre. Les États reconnaissent l’existence d’un changement climatique d’origine humaine et s’engagent à lutter dans le cadre d’une convention internationale.
  • 1997 : Protocole de Kyoto. Par ce protocole universel, les pays industrialisés s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) de 5%.
  • 2009 : Conférence de Copenhague. Les pays s’engagent à limiter le réchauffement climatique à 2°C, mais sans fixer d’objectifs contraignants pour y parvenir.
  • 2014 : Conférence de Lima (COP20) : prépare les négociations de 2015 qui doivent se conclure par un accord à Paris.

Les enjeux de la COP21

En 2011, les États se sont engagés à trouver en 2015, un nouvel accord international pour contenir le réchauffement climatique en dessous des 2°C : c’est l’objet de la COP21. Les négociations de Paris ont élaboré les bases d’un nouvel accord qui doit être :

  • universel : c’est à dire applicable à tous les pays
  • juridiquement contraignant : applicable à partir de 2020
  • différencié : définissant des objectifs différents pour les pays développés et les pays en développement.
  • ambitieux : permettant de limiter réellement les changements climatiques.

Des contributions à remettre en amont

Au cours de l’année 2015, plusieurs étapes ont préparé les négociations de Paris. Les négociateurs des États se sont réunis dans le cadre de l’ONU pour élaborer le texte qui a été discuté à Paris. Les représentants des États ont aussi échangé sur la question du climat lors des rencontres, des visites officielles et des sommets multilatéraux qui ont précédé. Enfin, les États ont dû remettre très tôt à l’ONU leurs contributions et engagements en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Séance plénière pour l'adoption de l'Accord de Paris

Davantage de place pour la société civile

La conférence a réuni les délégations officielles de 195 États et de l’Union européenne, représentants d’État et négociateurs mais aussi des organisations non-étatiques, représentants la société civile : ONG, entreprises, syndicats, collectivités locales, organisations de protection de l’environnement, peuples autochtones, instituts de recherche…

Ces organisations ont participé aux discussions (prises de parole, contributions écrites, organisation d’événements parallèles…) et attiré l’attention des négociateurs sur des questions particulières, des solutions ou des points de vue qu’elles jugeaient négligés.

Enfin, les médias ont été largement présents avec plus de 3 000 journalistes du monde entier pour relayer les débats et les événements. Au total, c’est plus de 40 000 personnes qui ont participé à la COP21 et 88 700 visiteurs.
 

L’Agence Parisienne du Climat présente à la COP21

Agence opérationnelle de mise en œuvre du Plan Climat Energie de la Ville de Paris et guichet unique d’orientation et de conseil auprès des Parisiens sur les économies d’énergies ou la rénovation énergétique, l’APC était présente à la COP21 à travers la participation ou l’organisation de plusieurs événements et rendez-vous : ateliers débats, conférences, plateau TV, la création d’un Kit climat… L’occasion de montrer aux visiteurs des solutions concrètes contre le réchauffement climatique à l’échelle du territoire parisien.

 

L’Accord de Paris : un accord historique

 

L’Accord de Paris

Le 12 décembre 2015, la COP21 s’est conclue sur un premier accord qui prévoit de limiter l’augmentation de la température à 2° voire d’aller vers l’objectif de 1,5° par rapport à l’ère pré-industrielle. Le texte tient compte des besoins et moyens des pays signataires. Il est durable dans le temps avec des ambitions révisables à la hausse périodiquement.

Le contenu de l’Accord

L’Accord contient :

  • des engagements de la part de chaque pays pour réduire les GES
  • des règles pour contrôler les efforts entrepris
  • des solutions pour financer durablement la lutte et l’adaptation au changement climatique des pays en voie de développement (Fonds vert pour le climat : 100 milliards de dollars par an à partir de 2020).
  • un agenda des solutions regroupant les initiatives des acteurs non gouvernementaux

 

Le rôle des acteurs locaux dans l’action climatique

Plus de 55% de la population mondiale vit aujourd’hui dans des villes — les deux tiers en 2050 — et génèrent 70% des émissions de carbone. Ces acteurs locaux, en particulier les grandes métropoles du monde, occupent donc une place centrale. Ils subissent les effets du changement climatique mais sont aussi de vrais laboratoires d’expérimentation auprès des citoyens. Porteurs de solutions concrètes, leur ambition peut tirer vers le haut les positions des États nations.

La déclaration de l’Hôtel de Ville

En marge de la COP21, s’est tenu le 4 décembre 2015, le Sommet des élus locaux pour le climat, à l’initiative d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, Co-présidente de Cités et Gouvernements locaux unis (CGLU),  récemment élue présidente du Cities 40 (C40), l’équivalent du G20 pour les villes-mondes.

700 élus locaux du monde entier rassemblés à l’Hôtel de Ville de Paris ont signé une déclaration les engageant à aller vers vers 100% d’énergies renouvelables et à une réduction des émissions carbone des villes de 80% d’ici 2050. Cette déclaration souligne également que face au besoin d’adaptation et de résilience aux changements climatiques inéluctables, l’engagement politique, le changement social et l’implication des citoyens sont nécessaires.

Aujourd’hui, dans beaucoup de villes du monde, les initiatives sont nombreuses, vont plus vite et souvent plus loin que les politiques nationales. Cette déclaration constitue un élément moteur dans l’adoption de l’Accord de Paris puisque les États pourront s’appuyer sur les bonnes pratiques de leurs villes pour démontrer leur actions et respecter leurs engagements.

4 novembre 2016 : l’Accord de Paris entre en vigueur

Le 4 novembre 2016, 1 an seulement après la COP21, l’Accord de Paris est entré en vigueur  puisque le double seuil nécessaire a été atteint (ratification par 55 pays couvrant au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre) grâce à la ratification des pays les plus émetteurs comme le Canada, la Chine, les États-Unis, l’Inde. Un accord historique pour les négociations internationales sur le climat.

Et après ? La COP22 à Marrakech

Du 7 au 18 novembre 2016, la conférence de Marrakech (COP22) prend le relai. Au centre des débats : l’application de l’Accord de Paris et la révision à la hausse tous les 5 ans des engagements nationaux.